Government of Canada / Gouvernement du Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Recherche

Règlement sur les installations de déchargement des wagons-citernes à chlore (C.R.C., ch. 1147)

Règlement à jour 2020-07-28; dernière modification 2015-06-18 Versions antérieures

Règlement sur les installations de déchargement des wagons-citernes à chlore

C.R.C., ch. 1147

LOI SUR LA SÉCURITÉ FERROVIAIRE

Règlement concernant l’étude, l’emplacement, la construction, l’exploitation et l’entretien des installations de déchargement des wagons-citernes à chlore

Titre abrégé

 Le présent règlement peut être cité sous le titre : Règlement sur les installations de déchargement des wagons-citernes à chlore.

Interprétation

 Dans le présent règlement,

chlore

chlore désigne le corps chimique Cl2 sous forme liquide ou gazeuse, ne contenant pas plus de 150 parties par million de parties d’eau; (chlorine)

Commission

Commission désigne la Commission canadienne des transports; (Commission)

compagnie propriétaire ou exploitante

compagnie propriétaire ou exploitante désigne la personne ou la compagnie qui possède ou exploite l’installation de déchargement du chlore; (owning or operating company)

emprise du chemin de fer

emprise du chemin de fer désigne tout terrain que possède ou loue un chemin de fer relevant de la Commission et qui est contigu aux voies ferrées de ce chemin de fer; (railway right-of-way)

gare de chemin de fer

gare de chemin de fer désigne tout lieu où les trains de voyageurs et/ou de marchandises peuvent arrêter conformément à l’horaire ferroviaire en vigueur; (railway station)

gare-habitation

gare-habitation désigne un bâtiment de gare dont une partie est utilisée comme habitation; (railway station-dwelling)

le conditionnel

le conditionnel est employé pour indiquer qu’il s’agit d’une recommandation; (should)

le futur

le futur est employé pour indiquer qu’il s’agit d’une obligation; (shall)

marchandise dangereuse

marchandise dangereuse désigne toute matière à laquelle s’applique le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses par chemin de fer, ou tout autre règlement édicté ou ordonnance rendue par la Commission en vue d’enrayer les risques du transport d’une telle marchandise; (dangerous commodity)

voie de desserte

voie de desserte désigne la voie ferrée qui dessert l’installation à chlore et sur laquelle les wagons-citernes à chlore sont placés pour le déchargement; (serving track)

voie ferrée principale

voie ferrée principale désigne une voie ferrée passant par les faisceaux de triage et entre les gares et sur laquelle les trains sont exploités au moyen d’un horaire, d’un ordre des trains, de signaux de bloc ou autre méthode de contrôle approuvée; (main track)

wagon-citerne

wagon-citerne désigne tout récipient décrit comme étant un wagon-citerne dans le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses par chemin de fer et que la Commission a approuvé pour le transport du chlore, mais ne comprend pas les wagons-citernes à unités multiples comme le wagon-citerne 1CC-106A500-X. (tank car)

Application

 Le présent règlement s’applique aux installations de déchargement des wagons-citernes à chlore situées sur les emprises que possède ou loue une compagnie ferroviaire qui relève de la Commission canadienne des transports.

 Une installation de déchargement des wagons-citernes à chlore qui a été approuvée par une ordonnance avant le 31 juillet 1965 sera exploitée et entretenue conformément au présent règlement, mais sauf ordonnance contraire de la Commission, elle n’aura pas à satisfaire aux prescriptions du présent règlement concernant l’emplacement, la construction et l’étude.

 Le présent règlement ne s’applique pas aux installations fixes d’emmagasinage en vrac du chlore; l’établissement de telles installations sur les emprises ferroviaires est interdit.

PARTIE IDemandes adressées à la commission

  •  (1) Sauf dispositions du paragraphe (2), aucune installation de déchargement du chlore ne sera construite, en totalité ni en partie, avant que la Commission ait approuvé par une ordonnance l’emplacement projeté.

  • (2) Si l’installation projetée satisfait sous tous les rapports aux parties II, III, IV et V, l’approbation de l’emplacement n’aura pas à être obtenue avant le commencement de la construction, mais elle devra être obtenue avant l’utilisation de l’installation.

  •  (1) Les demandes d’approbation de l’établissement d’une installation de déchargement du chlore sur l’emprise du chemin de fer seront présentées au secrétaire de la Commission par l’entremise du chemin de fer en cause.

  • (2) Les demandes seront accompagnées de quatre exemplaires de tous les dessins préparés conformément aux prescriptions des articles 8 à 13.

  •  (1) Un plan des installations à chlore et autres ouvrages occupant le même emplacement sera tracé à une échelle d’au moins un pouce par 50 pieds.

  • (2) Un plan du terrain montrant la situation des installations à chlore par rapport aux ouvrages situés en dehors de l’emplacement sera tracé à une échelle d’au moins un pouce par 200 pieds.

  • (3) La coupe prévue à l’article 11 sera tracée à une échelle d’au moins un pouce par 20 pieds.

 Tous les dessins seront datés et porteront un numéro d’identification et le nom du requérant, la signature de l’ingénieur en chef ou autre préposé du requérant ou de la compagnie d’experts-conseils qui en a la responsabilité.

 Sauf dans le cas prévu à l’alinéa 13g), le plan montrera la situation du bâti de déchargement du chlore et celle du wagon-citerne en position de déchargement, par rapport aux bâtiments, ouvrages et lignes de démarcation suivants :

  • a) à moins de 2 000 pieds tout bâtiment mentionné à l’alinéa 16a);

  • b) à moins de 1 000 pieds tout bâtiment mentionné à l’alinéa 16b);

  • c) à moins de 500 pieds tout bâtiment mentionné à l’alinéa 16c);

  • d) à moins de 75 pieds tout bâtiment en ouvrage mentionné à l’article 15;

  • e) tous les bâtiments et ouvrages occupant le même emplacement que l’installation de déchargement du chlore;

  • f) les lignes de démarcation de l’emprise du chemin de fer;

  • g) les lignes de démarcation de la propriété sur laquelle les installations de déchargement du chlore sont situées;

  • h) la bouche d’incendie la plus proche;

  • i) la face intérieure du plus proche rail de la voie qui dessert l’installation;

  • j) à moins de 50 pieds la face intérieure du plus proche rail de toute voie principale ou la bordure de toute route ou rue principale; et

  • k) à moins de 20 pieds la face intérieure du plus proche rail de toute voie ferrée autre qu’une voie principale ou que la voie de desserte de l’installation.

 Il sera fourni une coupe montrant l’élévation des installations de déchargement par rapport aux autres ouvrages sur le même emplacement et à toute voie ferrée située à moins de 50 pieds.

 En plus des ouvrages déjà mentionnés dans la présente partie, le plan indiquera la situation des digues, pipelines, lignes de transmission d’énergie, égouts, fossés, cours d’eau et autres ouvrages importants situés sur le même emplacement ou sur un emplacement adjacent.

 Les notes ou la légende apparaissant sur les dessins comprendront les renseignements suivants :

  • a) la preuve que le prévôt provincial des incendies, le commissaire aux incendies ou l’autorité locale des incendies de qui relève la zone adjacente à l’emprise du chemin de fer ne s’oppose pas aux installations projetées; cette preuve pourra être donnée sous forme de signature d’un plan par l’autorité en cause, ou d’une lettre adressée par cette autorité à la compagnie propriétaire ou exploitante;

  • b) une déclaration à l’effet que les installations projetées répondront sous tous les rapports aux prescriptions du présent règlement, à moins qu’il y ait des exceptions, auquel cas les exceptions seront énumérées;

  • c) les dimensions, le genre de construction et l’usage de tous les bâtiments, réservoirs ou ouvrages situés sur le même emplacement que les installations de déchargement du chlore;

  • d) la situation de l’emplacement de déchargement par mention du nom de la compagnie de chemin de fer qui dessert l’emplacement, du nom de la subdivision ferroviaire, du point milliaire et du nom de la ville la plus proche;

  • e) la direction d’où soufflent les vents dominants;

  • f) le lieu le plus proche où se trouvent des appareils de respiration autonomes et une trousse de réparation de secours de wagon-citerne; et

  • g) s’il n’existe pas de bâtiments dans les limites des distances faisant l’objet de restrictions et mentionnées aux alinéas 10a), b), c) ou d), une déclaration à cet effet figurera dans les notes ou la légende du dessin.

 La compagnie de chemin de fer doit, une fois que la Commission a approuvé, conformément à l’article 6, l’emplacement projeté pour la construction d’une installation de déchargement du chlore, conserver un exemplaire des documents mentionnés au paragraphe 7(2) durant une période égale à la vie utile de l’installation, plus deux ans.

  • DORS/85-468, art. 1

PARTIE IIDistances

 Dans le choix d’un emplacement de déchargement du chlore on tiendra compte de la direction des vents dominants et, autant que possible, l’emplacement sera situé, par rapport aux bâtiments habités, du côté opposé à celui d’où souffle le vent.

 Sauf disposition de l’article 17, la distance horizontale entre le point central d’un bâti de déchargement du chlore ou d’un wagon-citerne en position de déchargement et le plus proche point d’une gare à marchandises, d’un entrepôt, d’un réservoir d’emmagasinage ou de toute autre installation d’emmagasinage ou de transvasement utilisée pour un combustible ou une marchandise dangereuse sera d’au moins 75 pieds.

 Sauf disposition de l’article 17, la distance horizontale entre le point central d’un bâti de déchargement du chlore ou d’un wagon-citerne en position de déchargement et le plus proche point d’un bâtiment habité sera la suivante :

  • a) au moins 2 000 pieds de toute école, hôpital, hôtel, motel, église, théâtre, auditorium, centre sportif, centre commercial, maison de rapport ou autre habitation à plusieurs logements, de tout immeuble à bureaux, grand magasin ou bâtiment commercial de plus d’un étage, ou de tout autre bâtiment ou enceinte que la Commission juge appartenir à cette catégorie;

  • b) au moins 1 000 pieds de toute habitation à logement unique, gare à voyageurs, gare-habitation, de tout immeuble à bureaux, grand magasin, bâtiment commercial ou restaurant à un étage, ou de tout autre bâtiment ou enceinte facile à évacuer ou à occupants peu nombreux que la Commission juge appartenir à cette catégorie; et

  • c) au moins 500 pieds de toute usine, atelier de chemin de fer ou autre bâtiment utilisé principalement pour la fabrication ou la transformation ou pour des travaux d’entretien ou de réparation.

 Par dérogation aux articles 15 et 16, la Commission pourra, à discrétion, autoriser des distances moindres entre un bâti de déchargement du chlore ou un wagon-citerne et un bâtiment, un réservoir d’emmagasinage ou autre ouvrage situé sur le même emplacement que les installations de déchargement du chlore et utilisé uniquement par la compagnie ou la personne qui possède ou exploite les installations de déchargement du chlore.

 La distance horizontale entre le point central d’un bâti de déchargement ou d’un wagon-citerne en position de déchargement et le plus proche point de la ligne de démarcation d’une propriété adjacente bâtie ou à bâtir sera d’au moins 50 pieds.

 La distance horizontale entre le bâti de déchargement du chlore, du côté de la voie ferrée, et la face intérieure du plus proche rail de la voie de desserte de l’installation ne sera pas inférieure à celle qui est prescrite à l’annexe I.

 La distance horizontale entre le point central du bâti de déchargement du chlore ou du wagon-citerne en position de déchargement et une route ou rue principale ou la face intérieure du plus proche rail d’une voie ferrée autre que la voie de desserte de l’installation ne sera pas inférieure à celle qui est prescrite aux alinéas suivants :

  • a) au moins 50 pieds de toute voie ferrée principale ou de la bordure de toute route ou rue principale; et

  • b) au moins 20 pieds d’une voie d’évitement ou de toute voie autre qu’une voie principale ou une voie de desserte de l’installation.

PARTIE IIITuyauterie et matériel de transvasement

  •  (1) Sauf dispositions de l’article 22, seuls des tuyaux, accessoires et soupapes en acier seront utilisés. Ils auront un diamètre nominal d’au moins 3/4 de pouce et répondront aux normes prescrites aux tableaux I et II de l’annexe II, ou à toutes autres normes recommandées par The Chlorine Institute et approuvées par la Commission.

  • (2) Tous les raccords ayant un diamètre nominal de plus de 1 1/4 pouce seront soudés.

  • (3) Les joints, la pâte à joints et le bourrage des soupapes répondront aux recommandations de la brochure no 6 du The Chlorine Institute, datée du 18 janvier 1962, dans sa forme modifiée.

  • (4) Tous les travaux de soudure seront effectués par un soudeur agréé par le gouvernement provincial en cause pour le genre de soudure à faire.

 Par dérogation à l’article 21, le raccord flexible entre le bâti de déchargement et le wagon-citerne sera conforme au dessin no 118 du The Chlorine Institute figurant à l’annexe III, ou à toute autre disposition recommandée par The Chlorine Institute et approuvée par la Commission.

 Une soupape d’arrêt sera posée dans la conduite de déversement près du raccord flexible prescrit à l’article 22 et du côté du déversement. Elle ne sera pas utilisée pour le réglage et elle sera soit complètement ouverte, soit complètement fermée. Une deuxième soupape d’arrêt sera posée dans la conduite de déversement près de la citerne de transformation ou autre récipient.

  •  (1) Avant d’être mise en service pour la première fois et avant d’être remise en service après des réparations, la tuyauterie sera soumise à l’épreuve hydrostatique prescrite au paragraphe (2) et à l’épreuve pneumatique prescrite au paragraphe (3).

  • (2) La tuyauterie sera éprouvée à une pression hydrostatique de 300 livres par pouce carré au manomètre. Elle devra pouvoir supporter cette pression pendant 30 minutes sans qu’il en résulte de fuite ni défectuosité d’aucune sorte.

  • (3) Après l’épreuve hydrostatique, la tuyauterie sera asséchée et nettoyée à fond, puis éprouvée à l’air sec pour déceler les fuites, à une pression de 150 livres par pouce carré au manomètre, comme le recommande la brochure no 6 du The Chlorine Institute, datée du 18 janvier 1962, dans sa forme modifiée.

  • (4) Un compte-rendu daté et signé des dernières épreuves hydrostatique et pneumatique sera gardé dans les dossiers du propriétaire ou de la compagnie exploitante pour examen, sur demande, par un fonctionnaire de la Commission.

 Une chambre de dilatation sera prévue entre les soupapes d’arrêt ou autres points où du chlore liquide pourrait être retenu. La capacité de la chambre de dilatation sera d’au moins 20 pour cent de la capacité de la conduite qu’elle est destinée à protéger.

  •  (1) Si la pression normale du wagon-citerne n’est pas suffisante pour permettre le déchargement, elle pourra être augmentée au moyen d’air sec et propre par le procédé ordinairement appelé «remplissage à l’air» conformément aux recommandations de la brochure no 4 du The Chlorine Institute, datée du 17 mai 1961, dans sa forme modifiée, et aux prescriptions des paragraphes (3) et (4).

  • (2) Du gaz inerte propre et sec pourra être utilisé pour le remplissage avec le consentement écrit du fournisseur du chlore.

  • (3) La pression globale de l’air ou du gaz inerte de remplissage et des vapeurs de chlore dans le wagon-citerne à la température maximum atteinte au cours du déchargement ne dépassera pas :

    • a) 125 livres par pouce carré au manomètre pour les wagons-citernes munis de soupapes de sûreté réglées pour s’ouvrir à 225 livres par pouce carré au manomètre; et

    • b) 200 livres par pouce carré au manomètre pour les wagons-citernes munis de soupapes de sûreté réglées pour s’ouvrir à 375 livres par pouce carré au manomètre.

  • (4) L’air ou le gaz inerte utilisé pour le remplissage sera exempt d’huile ou autres matières étrangères et sera asséché jusqu’à un point de condensation, mesuré à la pression atmosphérique, de -40°F ou au-dessous.

  •  (1) La tuyauterie reposera sur des supports fixes en acier ou en béton ou quelque autre mode de support approuvé par la Commission sera adopté.

  • (2) Les supports établis sur le sol pour les pipelines se trouvant à plus de quatre pieds au-dessus du sol seront montés sur des empattements descendant au-dessous de la ligne de gel ou reposant sur le roc.

  • (3) Les pipelines exposés à être endommagés par les véhicules seront protégés par des garde-corps ou des bordures en béton ou en métal.

  • (4) Les mesures nécessaires seront prises relativement à la dilatation, à la contraction, aux secousses, aux vibrations et au tassement qui peuvent se produire dans les pipelines.

  • (5) Les supports en acier établis sur le sol pour les pipelines se trouvant à plus de quatre pieds au-dessus du sol devraient être recouverts d’un enduit ou être protégés d’une autre façon contre l’endommagement par l’incendie suivant un procédé recommandé par l’Association nationale de la protection contre l’incendie, de façon à avoir une cote de résistance au feu d’au moins deux heures.

  •  (1) Les pipelines qui sont parallèles à une voie ferrée ne seront pas à moins de 10 pieds de la face intérieure du plus proche rail de la voie ferrée et répondront aux prescriptions du paragraphe (2).

  • (2) Sauf disposition de l’article 29, les pipelines situés sur l’emprise du chemin de fer à moins de 20 pieds d’une voie ferrée seront installés selon l’une des méthodes suivantes :

    • a) les pipelines pourront être enfermés dans une tranchée en béton armé ou en acier munie d’un couvercle en retrait amovible, de niveau avec le sol; la tranchée sera munie d’un drain pour empêcher l’eau de s’y accumuler;

    • b) les pipelines pourront reposer sur un pont fait d’acier ou de béton et sous lequel il y aura un espace libre d’au moins 13 pieds au-dessus du sol; toutefois, l’installation de pipelines au-dessus de voies ferrées ne sera pas entreprise sans l’approbation expresse et donnée par écrit de la Commission;

    • c) la partie d’un pipeline comprise entre le bâti de déchargement et un bâtiment de transformation ou autre bâtiment semblable situé sur l’emplacement où se fait le déchargement pourra être entourée d’une clôture grillagée d’au moins cinq pieds de hauteur.

  •  (1) Par dérogation aux prescriptions du paragraphe 28(2), les pipelines situés sous des voies ferrées répondront aux prescriptions du Règlement sur le passage de conduits sous les chemins de fer (no E-10).

  • (2) Par dérogation au paragraphe 28(2), les pipelines situés sous des routes sur l’emprise du chemin de fer seront enfermés dans un conduit ventilé. Le dessus du conduit sera au-dessous de la ligne de gel et en aucun cas à moins de trois pieds de la surface de la route. Le conduit devra pouvoir supporter tout le trafic qui passera sur la route sans subir de déformation ni défectuosité d’aucune sorte.

 Les bâtis de déchargement seront construits en béton ou en acier et leurs empattements descendront jusqu’au-dessous de la ligne de gel ou jusqu’au roc.

 Les vaporisateurs seront étudiés, construits, exploités et entretenus conformément aux recommandations de la brochure no 9 du The Chlorine Institute, datée du 7 novembre 1962, dans sa forme modifiée.

PARTIE IVOpérations de déchargement

 La compagnie ou la personne à laquelle le wagon-citerne à chlore est expédié pour le déchargement observera toutes les prescriptions de la présente partie.

 Au moins un préposé au déchargement ou une autre personne exercée à la manutention du chlore et en connaissant bien les dangers (Voir l’annexe IV) se trouvera sur l’emplacement pendant toute la durée du déchargement du chlore du wagon-citerne afin que toutes les opérations de déchargement se fassent en toute sécurité et conformément au présent règlement.

 Pendant tout le temps durant lequel le wagon-citerne sera raccordé aux pipelines de déchargement, il sera protégé à l’extrémité ou aux extrémités raccordées de la voie de déchargement par un appareil ou aiguille de déraillement, situé à au moins une longueur de wagon du wagon-citerne.

  •  (1) Pendant tout le temps durant lequel le wagon-citerne sera raccordé aux pipelines de déchargement, il sera protégé à l’extrémité ou aux extrémités raccordées de la voie de déchargement par un ou des écriteaux à l’épreuve des intempéries, mesurant 12 pouces sur 15 et portant l’inscription «ARRÊT — WAGON-CITERNE RACCORDÉ». Le mot «ARRÊT» sera en lettres d’au moins quatre pouces de hauteur et les autres mots en lettres d’au moins deux pouces de hauteur. Les lettres seront blanches sur fond bleu.

  • (2) Les écriteaux «ARRÊT — WAGON-CITERNE RACCORDÉ» seront placés sur le wagon-citerne ou sur la voie de déchargement de façon à pouvoir être vus par le personnel d’une locomotive qui s’approche du wagon-citerne sur la même voie.

 Les freins à bras du wagon-citerne seront appliqués et les roues seront bloquées aux deux extrémités du wagon pendant tout le temps durant lequel le wagon sera raccordé aux conduites de déchargement.

  •  (1) Sauf dispositions du paragraphe (2), les soupapes d’arrêt seront fermées et les pipelines de déchargement et le wagon-citerne seront désassemblés dès la fin des opérations de déchargement.

  • (2) Les pipelines et le wagon-citerne n’auront pas à être désassemblés si toutes les soupapes d’arrêt du wagon-citerne et des conduites de déchargement sont fermées, si le wagon-citerne est protégé de la façon prévue aux articles 34 à 36 et si la durée de la suspension des opérations ne dépasse pas 72 heures.

 Les wagons-citernes ne seront pas déchargés après le coucher du soleil, à moins que le bâti de déchargement, le dôme du wagon-citerne et les autres zones d’activité sur l’emplacement de déchargement soient suffisamment éclairés par des projecteurs fixes installés conformément à la 8e édition du Code canadien de l’électricité, Partie I, dans sa forme modifiée, et répondant sous les autres rapports aux prescriptions de ce code, ou conformes à toute autre norme supérieure prescrite par l’autorité locale. Toutes les installations électriques situées à moins de 20 pieds du bâti de déchargement ou du raccordement du wagon-citerne devront convenir à une atmosphère corrosive.

 Au moins un extincteur d’incendie à poudre ABC de 20 livres ou un extincteur d’une capacité équivalente, sera placé sur l’emplacement de déchargement et sera facilement accessible au préposé au déchargement pendant les opérations de déchargement.

  •  (1) Au moins un respirateur du type autonome et approuvé pour les atmosphères de chlore par le United States Bureau of Mines et une personne habituée à s’en servir, devront pouvoir être disponibles sur l’emplacement à au plus 20 minutes d’avis.

  • (2) Au moins deux respirateurs du type à boîte métallique absorbante et approuvés pour les atmosphères de chlore par le United States Bureau of Mines et une personne habituée à s’en servir seront disponibles sur l’emplacement pendant les opérations de déchargement.

  •  (1) Un nécessaire de réparation d’urgence d’un type recommandé par The Chlorine Institute pour la réparation des wagons-citernes à chlore, ainsi qu’un homme qualifié pour s’en servir, devront pouvoir être disponibles sur l’emplacement à bref avis.

  • (2) Des instructions donnant les renseignements essentiels à la mise en oeuvre des mesures d’urgence en cas de fuites de chlore, comme l’emplacement des respirateurs et les numéros de téléphone inscrits ci-dessous, seront affichées en un endroit bien en vue à l’extérieur près du bâti de déchargement ou à l’intérieur près du poste téléphonique de l’emplacement de déchargement :

    • a) le numéro de téléphone d’au moins un haut fonctionnaire de la compagnie propriétaire ou exploitante de l’installation de déchargement;

    • b) les numéros de téléphone du service de police, du service d’incendie et de l’hôpital les plus proches;

    • c) les numéros de téléphone des principaux bâtiments publics et bâtiments d’institutions situés à moins de 2 000 pieds du bâti de déchargement;

    • d) le numéro de téléphone d’au moins une personne disponible à bref délai, qualifiée pour s’occuper des fuites de chlore et des situations d’urgence similaires;

    • e) les numéros de téléphone d’au moins deux personnes disponibles à bref délai et qualifiées pour se servir des nécessaires de réparation d’urgence des installations de chlore; et

    • f) le numéro de téléphone du plus proche agent ou fonctionnaire de la compagnie de chemin de fer qui dessert l’installation.

  • (3) La compagnie propriétaire ou exploitante aura, pendant les opérations de déchargement, au moins une personne disponible à bref délai et exercée aux mesures à prendre dans le cas de fuites de chlore importantes et dans d’autres situations d’urgence similaires et cette personne participera à des exercices de sécurité périodiques qui porteront, entre autres, sur le bon emploi des respirateurs et autre matériel de sûreté.

 Il est interdit de laisser délibérément échapper du chlore dans l’atmosphère en quantité suffisante pour causer des blessures à une personne se trouvant sur l’emplacement de déchargement ou en quantité suffisante pour qu’il sorte des limites de l’emplacement de déchargement.

 Un écriteau à l’épreuve des intempéries mesurant au moins 12 pouces sur 12 pouces et portant le mot «CHLORE» en lettres noires d’au moins quatre pouces de hauteur sur fond jaune sera fixé bien en vue sur le bâti de déchargement ou sur un poteau près de ce bâti.

 L’extérieur de la tuyauterie sera soit peint soit protégé de quelque autre façon contre la corrosion atmosphérique.

  •  (1) Un inspecteur compétent examinera toute la tuyauterie et toutes les autres parties du système de déchargement au moins tous les trois mois pour en déceler les fuites et autres signes de détérioration.

  • (2) Les tuyaux, accessoires, soupapes ou autres pièces du système de déchargement qui coulent ou qui sont défectueux, seront réparés ou remplacés par une personne qualifiée et ce travail sera entrepris immédiatement ou dans le plus bref délai compatible avec une méthode sûre. La partie du système à réparer ou à remplacer sera isolée du reste du système et sera vidangée en tenant compte des dispositions de l’article 42.

PARTIE VDispositions générales

  •  (1) L’emplacement de déchargement sera tenu exempt de débris. On ne permettra pas que la hauteur du gazon et des mauvaises herbes dépasse six pouces.

  • (2) Il ne sera pas emmagasiné ni manutentionné de combustible ou autre marchandise dangereuse, à l’exception du chlore, sur l’emplacement de déchargement, sauf dans le cas d’une denrée mentionnée dans la demande approuvée ou autorisée d’autre façon par une ordonnance d’approbation.

 Toutes les installations de déchargement du chlore assujetties au présent règlement pourront en tout temps être inspectées par un fonctionnaire de la Commission.

 La compagnie propriétaire ou exploitante fera rapport sur-le-champ et par télégramme à la compagnie de chemin de fer en cause et au directeur de l’exploitation de la Commission canadienne des transports, à Ottawa, Ontario, de tout incendie, explosion, rupture de pipe-line ou autre fait ayant pour résultat la libération accidentelle du chlore en quantité suffisante pour qu’il s’échappe des limites de l’emplacement et cause des blessures nécessitant les soins d’un médecin.

 Toute personne qui enfreint les dispositions du présent règlement est passible de la peine prévue dans la Loi sur les chemins de fer.

 Les principaux dangers que présente le déchargement des wagons-citernes à chlore sont exposés à l’annexe IV.

ANNEXE I(art. 19)

TABLEAU I

Espaces libres minimums mesurés horizontalement entre le bâti de déchargement du chlore, du côté de la voie ferrée, et la face intérieure du plus proche rail de la voie qui dessert l’installation d’emmagasinage

Distance minimum de la face intérieure du rail le plus proche
VOIE FERRÉE DROITE
  • a) La partie d’un bâti ou ouvrage située à plus de 4 pieds au-dessus du railline blanc

6 pieds
  • b) Sauf disposition de l’alinéa c), la partie du bâti ou ouvrage située à 4 pieds ou moins au-dessus du dessus du railline blanc

3 pieds et 7 3/4 poucesNote de TABLEAU I Espaces libres minimums mesurés horizontalement entre le bâti de déchargement du chlore, du côté de la voie ferrée, et la face intérieure du plus proche rail de la voie qui dessert l’installation d’emmagasinage*
  • c) Les bâtis ou points de chargement ou de déchargement d’une hauteur totale de 4 pieds ou moins à partir du dessus du railline blanc

6 pieds
VOIE FERRÉE COURBE
Augmenter de 1 pouce par degré de courbure de la voie ferrée toutes les distances prescrites pour une voie ferrée droite.

ANNEXE II(art. 21)

TABLEAU I

Étude et caractéristiques des tuyaux d’acier, des garnitures et des soupapes chlore à l’état gazeux ou liquide sous pression ne dépassant pas 300 livres par pouce carré au manomètre à des températures variant entre -150 °F et 300 °F

DIMENSIONS¾” — 1½”2” — 4”6” ET PLUS
TUYAU

No 80, SANS SOUDURE

(Voir remarque 1)

No 80, SANS SOUDURENo 40, SANS SOUDURE

GARNITURES

(Voir remarque 1)

  • — 300# ASA, PIÈCES COULÉES OU PIÈCES FORGÉES

BRIDES FORGÉES

(Voir remarque 2)

FORGÉES, RACCORDS À 2 BOULONS À BRIDES OVALES FACES DRESSÉES SELON LES NORMES DU FABRICANT

SOUPAPES

(Voir remarque 3)

  • — À ROTULE OU À ANGLE
  • — 600# ASA
  • — V & CM, CORPS ET CHAPEAU FORGÉS, CHAPEAU ET BAGUE BOULONNÉS ET SIÈGE RENOUVELABLE OU À FACE DURE
  • — VISSÉES, À DOUILLE SOUDÉE OU À BRIDE
  • — À ROTULE OU À ANGLE
  • — 300# ASA
  • — V & CM, CORPS ET CHAPEAU FORGÉS OU COLÉS, CHAPEAU ET BAGUE BOULONNÉS ET SIÈGE RENOUVELABLE OU À FACE DURE
  • — À BRIDE
SOUPAPES POUR CHLORE À L’ÉTAT GAZEUX SEULEMENT
BOULONNAGE

DIMENSIONS SELON ASA B18.2, FILETS SELON ASA B1.1 (Traversant 1” — SÉRIES UNC : 1 1/8” OU PLUS — SÉRIES 8N)

ABRÉVIATIONS — Voir la remarque 4.

  • L’ALLIAGE D’ACIER SELON ASTM A333 Gr. 3 POURRA ÊTRE No 40
  • DES BRIDES À FACE SAILLANTE POURRONT ÊTRE EMPLOYÉES DANS LE SERVICE DU HLORE À L’ÉTAT GAZEUX. LES FACES DRESSÉES À  PETITES OU GROSSES RAINURE ET LANGUETTE CONFORME À ASA B 16.5 POURRONT ÊTRE EMPLOYÉES TANT DANS LE SERVICE DU CHLORE LIQUIDE QUE DANS LE SERVICE DU CHLORE À L’ÉTAT GAZEUX.
  • LE DISQUE, LE SIÈGE ET LA TIGE DES SOUPAPES MANUELLES SERONT EN MONEL OU EN HASTELLOY C, SAUF QUE  LES SIÈGES À FACE DURE SERONT EN COLMONY #5 OU SON ÉQUIVALENT.
  • ABBREVIATIONS
    • ASA 
      — AMERICAN STANDARDS ASSOCIATION INC.
    • — AMERICAN SOCIETY FOR TESTING MATERIALS
    • PSF 
      — PRESSION DE SERVICE À FROID
    • — VIS ET CHAPE MÂLES

TABLEAU II

Matériau de construction des tuyaux d’acier et des garnitures (désignations a.s.t.m.)

TempTuyauNote de TABLEAU II Matériau de construction des tuyaux d’acier et des garnitures (désignations a.s.t.m.)* et garnitures sans soudurePièces mouléesPièces forgéesBoulonsÉcrous
-150° à 20°FA333 Gr 3A352 Gr LC3A350 Gr LF3A320 Gr L7A194 Gr 4
-50° à -20°FA333 Gr CA352 Gr LCBA350 Gr LFIA320 Gr L7A194 Gr 4
-20° à +300°F

A53 Gr A

A106 Gr A

Garnitures seulement

A234 Gr WPA

WPB

A216 Gr WCB

A105 Gr I ou II

A181 Gr I ou II

A193 Gr B7

A354 Gr BB

A354 Gr BC

A194 Gr 1,2 ou 2H

ANNEXE III(art. 22)

Raccordements de déchargement des wagons-citernes à chlore

ANNEXE IV(art. 33 et 50)Dangers du chlore

  • 1 L’observation des prescriptions du présent règlement devrait assurer un haut degré de sécurité au déchargement des wagons-citernes à chlore. Le règlement sera très probablement appliqué de façon efficace si les personnes que concernent les opérations de déchargement connaissent et comprennent bien les propriétés du chlore et les dangers qu’il présente.

  • 2 Voici les principales propriétés du chlore et les principaux dangers qu’il présente :

    • a) le chlore se transporte normalement sous pression à l’état liquide dans des wagons-citernes et des cylindres. Dans les conditions atmosphériques, celles dans lesquelles il se trouverait en cas de fuite, le chlore liquide est rapidement transformé en un gaz dans la proportion approximative d’un volume de liquide pour 460 volumes de gaz. Pour cette raison, une fuite relativement petite de chlore liquide pourra polluer un gros volume d’air;

    • b) le chlore à l’état gazeux est à peu près 2 1/2 fois plus lourd que l’air. Par conséquent, il tend à s’accumuler dans les lieux bas et ne se dilue ou ne se disperse facilement que s’il est soumis à de forts courants d’air;

    • c) le chlore n’est pas inflammable, mais aux températures ordinaires il entretient la combustion de certaines substances combustibles organiques comme le liège granulé. À des températures élevées, il entretient la combustion de l’acier et, pour cette raison, il peut causer la détérioration rapide de la tuyauterie d’acier ou autre matériel en acier exposé au feu;

    • d) les wagons-citernes à chlore isolés du type ICC 105A assurent une bonne protection contre la chaleur pour le chargement, mais ils devraient être enlevés du lieu d’un incendie aussitôt que possible;

    • e) le chlore sec est compatible avec une grande variété de métaux, y compris l’acier doux, mais le chlore contenant plus que 150 parties environ par million de parties d’eau est fortement corrosif pour l’acier doux et les autres métaux qui résistent mal à l’acide chlorhydrique. Il est donc indispensable d’assécher parfaitement toute la tuyauterie et tout le matériel avant de le mettre en service et d’empêcher l’eau de pénétrer d’autres façons dans le réseau. Les fuites de chlore ne devraient pas être arrosées avec de l’eau;

    • f) la concentration maximum de chlore dans l’air que la plupart des adultes peuvent respirer pendant une heure sans conséquences graves est de quatre parties par million. C’est à peu près la concentration minimum reconnaissable à l’odeur;

    • g) le chlore en concentrations d’environ 35 parties par million est considéré comme dangereux s’il est respiré pendant des périodes de plus de 30 minutes, mais comme les concentrations de chlore de plus de 15 parties par million sont extrêmement irritantes pour la gorge et les voies respiratoires il est peu probable qu’une personne s’exposerait délibérément pendant plus que quelques minutes à de telles concentrations;

    • h) même un très petit nombre de respirations dans un air qui renferme plus de 1 000 parties de chlore par million seraient probablement mortelles;

    • i) les respirateurs du type à boîte métallique absorbante ne conviennent pas à l’utilisation dans des atmosphères renfermant plus de un pour cent de chlore par volume. Des appareils respiratoires autonomes doivent être employés dans ces atmosphères;

    • j) en plus des respirateurs mentionnés à l’alinéa i), les personnes qui réparent les fuites ou qui sont, d’autres façons, exposées au chlore liquide ou à de fortes concentrations de chlore à l’état gazeux devraient porter des gants et autres vêtements protecteurs convenables. L’action du chlore sur la peau et sur les autres tissus du corps est semblable à celle des acides et autres substances corrosives; et

    • k) pour obtenir des renseignements supplémentaires à ce sujet, le lecteur est prié de s’adresser à The Chlorine Institute Inc., 342 Madison Avenue, New York City, New York 10017, ou au producteur de chlore le plus proche.

Date de modification :