Loi sur la Commission du droit du Canada (L.C. 1996, ch. 9)

Loi à jour 2019-06-20; dernière modification 2005-04-01 Versions antérieures

Loi sur la Commission du droit du Canada

L.C. 1996, ch. 9

Sanctionnée 1996-05-29

Loi concernant la Commission du droit du Canada

Préambule

Attendu :

que le gouvernement du Canada, après de vastes consultations à l’échelle nationale, a jugé souhaitable de constituer une commission ayant pour mission de fournir, sur la base des connaissances et de l’expérience d’un large éventail de groupes et d’individus, des conseils indépendants sur l’amélioration, la modernisation et la réforme du droit du Canada;

que, conformément aux propositions formulées dans le cadre de ces consultations, il souhaite que la commission, dans l’accomplissement de sa mission, s’inspire des principes suivants :

tous les Canadiens peuvent participer aux travaux de la commission, et les résultats de ceux-ci sont accessibles et intelligibles,

elle adopte, dans le cadre de ses travaux, une approche multidisciplinaire qui situe le droit et le système judiciaire dans leur contexte socio-économique,

elle fait preuve d’ouverture et de discernement en collaborant et en s’associant avec un large éventail de groupes et d’individus intéressés provenant notamment du milieu universitaire,

dans une perspective d’efficacité, elle met à profit la technologie de pointe lorsqu’elle le juge à propos et innove dans ses méthodes de recherche et de gestion, son processus de consultation et ses moyens de communication,

lorsqu’elle formule des recommandations, elle prend en compte leur coût et leurs conséquences pour les groupes et individus touchés,

Sa Majesté, sur l’avis et avec le consentement du Sénat et de la Chambre des communes du Canada, édicte :

Titre abrégé

Note marginale :Titre abrégé

 Loi sur la Commission du droit du Canada.

Constitution de la commission

Note marginale :Constitution

 Est constituée la Commission du droit du Canada, dotée de la personnalité morale.

Mission, pouvoirs et fonctions de la commission

Note marginale :Mission

 La Commission a pour mission d’étudier et de revoir le droit du Canada et ses effets, d’une façon systématique qui reflète les concepts et les institutions des deux systèmes juridiques du Canada — le droit civil et la common law — , afin de fournir des conseils indépendants sur les mesures d’amélioration, de modernisation et de réforme qui assureront un système juridique équitable répondant à l’évolution des besoins de la société canadienne et des individus qui la composent, notamment en vue :

  • a) d’élaborer de nouvelles perspectives et de nouveaux concepts juridiques;

  • b) d’instituer des mesures qui rendent le système juridique plus efficace, plus économique et plus accessible;

  • c) d’encourager, au Canada, tous les milieux — y compris universitaire — à participer à un débat critique et à établir des liens productifs entre eux de façon à assurer leur coopération et leur coordination;

  • d) de supprimer les règles de droit tombées en désuétude et les anomalies du droit.

Note marginale :Pouvoirs

 Pour l’exécution de sa mission, la Commission peut :

  • a) entreprendre, promouvoir, évaluer et faire faire des études et des recherches;

  • b) appuyer, publier et diffuser des études, rapports ou autres documents;

  • c) appuyer ou prendre en charge la tenue de congrès, colloques ou autres réunions;

  • d) établir des relations fonctionnelles avec les gouvernements, les milieux universitaire et juridique, et les autres organismes ou personnes qui s’intéressent à ses travaux;

  • e) acquérir, par don, legs ou autrement, des biens, notamment sous forme d’argent ou de valeurs mobilières, et les détenir, employer, investir ou gérer, ou en disposer, pourvu qu’elle respecte les conditions dont est éventuellement assortie leur acquisition;

  • f) toucher des revenus pour la fourniture de biens et de services;

  • g) employer, au cours d’un exercice, les crédits affectés par le Parlement ou les sommes obtenues d’autres sources durant l’exercice dans le cadre de ses opérations, sous réserve des conditions de leur affectation ou de leur obtention;

  • h) prendre toute autre mesure utile à l’exécution de sa mission.

  • 1996, ch. 9, art. 4
  • 2001, ch. 4, art. 98(F)
  • 2004, ch. 25, art. 143(F)

Note marginale :Fonctions

  •  (1) La Commission doit :

    • a) consulter le ministre de la Justice relativement au programme annuel des travaux qu’elle se propose d’entreprendre;

    • b) préparer les rapports que le ministre, après avoir consulté la Commission et pris en compte la charge de travail et les ressources de celle-ci, peut demander;

    • c) présenter au ministre les rapports préparés de sa propre initiative ou à la demande de ce dernier.

  • Note marginale :Réponse du ministre

    (2) Le ministre répond aux rapports qu’il reçoit de la Commission au titre du présent article.

Note marginale :Responsabilité

 La Commission est responsable devant le Parlement, par l’intermédiaire du ministre de la Justice, de ses activités.

Organisation

Note marginale :Commissaires

  •  (1) La Commission est composée de cinq commissaires, dont le président, qui sont nommés par le gouverneur en conseil sur la recommandation du ministre de la Justice.

  • Note marginale :Représentation

    (2) Lorsqu’il fait ses recommandations, le ministre prend en compte tant les personnes qui ne font pas partie du milieu juridique que celles qui en font partie.

  • Note marginale :Conditions de nomination

    (3) Les commissaires devraient représenter les intérêts socio-économiques et culturels divers du Canada, provenir de disciplines variées et avoir collectivement une connaissance des deux systèmes juridiques au Canada, le droit civil et la common law.

  • Note marginale :Durée du mandat

    (4) Les commissaires sont nommés à titre amovible pour des mandats respectifs de cinq ans au maximum, ces mandats étant, dans la mesure du possible, échelonnés de manière que leur expiration au cours d’une même année touche au plus deux commissaires.

  • Note marginale :Commissaires à temps plein et à temps partiel

    (5) Le président exerce sa charge à temps plein et les autres commissaires, à temps partiel.

Note marginale :Nouveau mandat

  •  (1) Les commissaires peuvent recevoir un nouveau mandat, à des fonctions identiques ou non.

  • Note marginale :Démission

    (2) Tout commissaire peut démissionner de ses fonctions en avisant le ministre de la Justice par écrit de son intention, la démission prenant effet sur réception de l’avis ou à la date ultérieure précisée dans celui-ci.

Note marginale :Vice-président

 Les commissaires désignent l’un d’eux à titre de vice-président de la Commission.

Note marginale :Fonctions du président

  •  (1) Le président est le premier dirigeant de la Commission; à ce titre, il préside ses réunions.

  • Note marginale :Intérim du président

    (2) En cas d’absence ou d’empêchement du président ou de vacance de son poste, la présidence est assumée par le vice-président.

  • Note marginale :Résidence du président

    (3) Le président réside dans la région où se situe le siège de la Commission.

Note marginale :Rémunération du président

  •  (1) Le président reçoit la rémunération fixée par le gouverneur en conseil.

  • Note marginale :Rémunération des autres commissaires

    (2) Les autres commissaires ont droit, pour l’exécution de leurs fonctions, aux honoraires fixés par le gouverneur en conseil.

  • Note marginale :Indemnités

    (3) Les commissaires sont indemnisés des frais de déplacement et de séjour entraînés par l’accomplissement, hors du lieu de leur résidence habituelle, des fonctions qui leur sont confiées en application de la présente loi.

Siège et réunions

Note marginale :Siège

 Le siège de la Commission est situé dans la région de la capitale nationale définie à l’annexe de la Loi sur la capitale nationale ou en tout autre lieu, au Canada, que désigne le gouverneur en conseil.

Note marginale :Réunions

  •  (1) La Commission tient ses réunions aux dates, heures et lieux fixés par le président.

  • Note marginale :Participation

    (2) Sous réserve des règlements administratifs de la Commission, les commissaires peuvent participer à une réunion de la Commission ou d’un de ses comités par des moyens techniques, notamment le téléphone, permettant à tous les participants de communiquer entre eux; ils sont alors réputés, pour l’application de la présente loi, avoir assisté à la réunion.

Règlements administratifs

Note marginale :Règlements administratifs

 La Commission peut, par règlement administratif, prévoir :

  • a) la constitution de comités et leurs attributions, ainsi que les indemnités qui seront versées à ceux de leurs membres qui ne sont pas des commissaires;

  • b) le quorum et la procédure de ses réunions ou de celles de ses comités;

  • c) de façon générale, la conduite et la gestion de ses affaires.

Personnel

Note marginale :Personnel

  •  (1) Le personnel nécessaire à l’exécution des travaux de la Commission — dont un directeur général — est nommé conformément à la Loi sur l’emploi dans la fonction publique.

  • Note marginale :Assistance temporaire

    (2) La Commission peut, pour des travaux déterminés, engager à contrat et à titre temporaire des spécialistes compétents dans des domaines relevant de son champ d’activité et leur verser la rémunération et les indemnités qu’elle fixe.

 
Date de modification :