ANNEXE III(article 9)Méthode de dosage du mercure total dans les effluents des fabriques de chlore

  • 1 La quantité totale de mercure dans les effluents des fabriques de chlore se détermine selon la méthode indiquée au chapitre intitulé Mercury in Water, Storet No. Total 71900 dans la publication « Methods for Chemical Analysis of Water and Wastes », 1974, de l’U.S. Environmental Protection Agency, ainsi modifiée :

    • a) l’article 3.1 sous le titre « Sample Handling and Preservation » est remplacé par ce qui suit :

      • « 3.1 Les échantillons composites sont recueillis dans des ballons de verre nettoyés à l’acide nitrique, et des portions représentatives, transvasées dans des flacons de verre nettoyés de même et munis d’un bouchon à revêtement de Teflon ou dans des flacons de polyéthylène de haute densité. Avant l’échantillonnage, les ballons sont préparés par l’une des méthodes suivantes à l’aide de la quantité empiriquement déterminée de réactifs, requise pour chaque type d’échantillon.

      Fabriques de chlore utilisant de l’eau douce

      Méthodes A ou B

      • Ajouter assez d’acide nitrique pour abaisser le pH à 1 ou moins et un excès d’une solution saturée de permanganate de potassium pour donner une couleur mauve et la fixer,
      • Ajouter assez d’acide nitrique pour abaisser le pH à 0,5 et assez de bichromate de potassium pour en obtenir une concentration de 0,05 pour cent en poids dans l’échantillon.

      Fabriques de chlore utilisant de l’eau de mer naturelle

      Ajouter assez d’acide nitrique pour abaisser le pH à 0,5 ou moins.

      Dans les deux cas, un volume représentatif et approprié de l’échantillon composite doit être transvasé avec soin. »

    • b) l’article 4.3 sous le titre « Interference » est remplacé par ce qui suit :

      • « 4.3 Chlorures : Comme le chlore à l’état libre absorbe également les rayonnements à 253 nm, on doit s’assurer de son absence avant de détruire le mercure. Le type d’échantillon déterminera la méthode à suivre.

      Fabriques de chlore utilisant de l’eau douce

      L’oxydation par le permanganate de potassium convertit le Cl en Cl2. Le Cl2 est éliminé par reconversion avec un excès de sulfate d’hydroxylamine et évacuation subséquente de l’air au haut du flacon, avant l’addition du sulfate stanneux. Un peu de mercure pourra être perdu à cause de la formation de composé volatil du mercure avec le chlore et du mercure avec l’hydroxylamine.

      Fabriques de chlore utilisant l’eau de mer naturelle

      L’acide sulfurique, l’acide nitrique et le persulfate de potassium sont des agents d’oxydation suffisants, car le mercure inorganique dans l’eau de mer naturelle est en équilibre entre les formes HgCl2, HgCl3- et HgCl4-2. Par conséquent les problèmes dûs[sic] à la production de Cl2 sont éliminés. »

 
Date de modification :